Censorship iran progresse brusquement sur internet

Businessman hands tied with handcuffs on laptop keyboard.L’Iran n’est pas particulièrement connu pour sa liberté, bien au contraire.

Or la censorship iran vient encore d’augmenter d’un niveau. Et ce n’est bien évidemment pas par hasard.

En ce début de mois de janvier les citoyens sont descendus dans la rue.

Ils demandaient la destitution du chef suprême. La réponse du pouvoir ? Une augmentation de la censorship iran sur internet.

Ce sont notamment les réseaux sociaux et messageries instantanées qui ont été la cible de ces restrictions.

Plus de censorship iran pour contenir la contestation…

Les citoyens iraniens sont descendus dans la rue en ce début de mois de janvier. Ils demandent en effet la destitution du chef suprême. Mais bien évidemment le pouvoir ne l’entend pas ainsi. Et la répression à tous les niveaux n’a cessé de croître.

Deux manifestants ont ainsi été tués au cours des manifestations. Ces marches avaient été organisées pour dénoncer l’augmentation du censorship iran.

Le pouvoir avait en effet décidé de censurer la télévision publique. Le média d’état n’était pas autorisé à diffuser des informations sur les manifestations qui avaient lieu dans la capitale du pays pour demander la démission du pouvoir.

De nombreux citoyens iraniens s’étaient alors tournés vers les médias sociaux afin d’obtenir des informations et suivre l’actualité.

Cette recherche d’information sur le net avait alors provoqué une censorship iran encore plus virulente. Des applications comme Instagramm ou Télégram sont ainsi devenues inaccessibles.

Des applications populaires interdites

Le pouvoir iranien a temporairement interdit l’utilisation de Instagram et de Telegram. La première application permet notamment le partage photos et commentaires.

La seconde est une messagerie instantanée cryptée dont la moitié des citoyens du pays a accès. Une surveillance exceptionnelle a également été mise en place par le pouvoir.

Il s’agit d’avoir un œil sur les groupes comptant plus de 5 000 membres. Les administrateurs des dits groupes, une fois identifiés sont généralement arrêtés.

Dans un premier temps les autorités se sont tournées vers le PDG de Telegram. Le pouvoir iranien a alors demandé que les comptes des activistes locaux qui utilisaient l’application pour organiser la contestation soient fermés.

Après une discrète collaboration arguant que certains groupes de discussion violaient les conditions d’utilisation du service, Telegram a finalement refusé de fermer et de répondre aux demandes du pouvoir.

Les autorités iraniennes, face à un tel défi public ont finalement décidé d’interdire l’accès du moins temporairement à l’application populaire.

Le problème de la liberté sur le web

La liberté sur le net ne cesse de reculer. Des résultats alarmants viennent en effet d’être publiés par l’organisation Freedom on the Net.

D’après l’organisation, moins d’ ¼ de la population mondiale vivrait dans des zones où internet peut être considéré comme gratuit et libre.

L’utilisation d’un VPN comme NordVPN, Hidemyass ou VyprVpn devient donc de plus en plus indispensable… A titre d’exemple des pays comme la Chine, l’Afghanistan, l’Indonésie mais aussi le Brésil viennent récemment d’interdire des médias sociaux.

Comme c’est presque toujours le cas dans ce genre de situation, la censorship iran a été justifiée pour protéger les citoyens. Il s’agit officiellement de sécurité nationale, de protection ou encore de lutte contre le terrorisme.

Mais en réalité nous savons tous que ce genre de mesures sont mises en place pour surveiller et contrôler l’information. Ces interdictions essayent en réalité d'empêcher l’opinion publique de s’organiser pour défendre sa liberté. La censorship iran est mise en place pour réprimer si nécessaire.

Désolé, les commentaires sont fermés pour cet article.

×

You are using the Boom Bar plugin built by iThemes!