Un homme emprisonné en Chine pour avoir vendu un VPN

hands in jailNous vous en parlons depuis un moment déjà : le ton monte en Chine. L

a censure ne cesse de progresser. La nouvelle cible du pouvoir ce sont les VPN.

Un homme vient ainsi d’être emprisonné pour avoir vendu un tel service.

Le contrevenant vient d’être condamné à 9 mois de prison par un tribunal local.

La décision de justice a été prise plus tôt cette année mais vient tout juste d’être rendue publique.

D’après les autorités, le service vendu permettait de contourner le Grand FireWall et donc d’accéder à des sites étrangers.

En janvier dernier, le Ministre de l’Industrie de l’Information et des Télécommunications a annoncé que des mesures allaient être mises en place pour réguler internet.

En effet, d’après le Ministère chinois, diverses technologies et autres services se développent de manière désordonnée sur la toile. Il s’agit donc de mettre un peu d’ordre dans tout ça !

Le gouvernement a ainsi déclaré qu’il allait adopter diverses mesures pour « renforcer la gestion de la sécurité de l’information sur les réseaux ».

Le pouvoir a également rajouté qu’il allait procéder à un nettoyage à l’échelle nationale des services d’accès au réseau internet.

L’une des cibles de cette censure, ce sont les VPN. Des services comme Hidemyass, VyprVpn et NordVPN permettent en effet de contourner le Grand Firewall. Pour le gouvernement, l’exploitation d’un tel service sans une licence de commercialisation appropriée correspondrait à une infraction.

Ces nouvelles mesures ont bien évidemment été vivement critiquées. Médias comme citoyens vivent en effet très mal cette censure de plus en plus pressante.

Et ce n’était que le début… Début juillet, les autorités sont en effet allées encore un peu plus loin. D’après un nouveau rapport, le gouvernement envisagerait de bloquer totalement les VPN au niveau des FAI. Information démentie par Pékin qui a alors accusé les médias étrangers de fausses déclarations, et pourtant…

Quelque chose était en train de se passer. Cette idée a encore été confirmée lorsque Apple a supprimé puis interdit tous logiciels et applications VPN de son Apple Store. Pour la marque à la pomme croquée, il s’agissait de se conformer à la législation en vigueur dans le pays, rien de plus

De toute évidence, les autorités chinoises cherchent donc à supprimer l’utilisation des VPN sur son territoire. Et cette nouvelle condamnation le confirme encore.

Un homme arrêté puis emprisonné pour commercialiser un service VPN

Agé de 26 ans, originaire du ville de Dongguan dans la province de Guangdong, Deng Jiewei a été emprisonné. Son crime ? Gérer un petit site web qui proposait un service VPN. Seul deux produits étaient offerts sur son site. Mais ça a été suffisant pour qu’il soit arrêté en octobre 2016.

Il aurait ainsi été emprisonné pour avoir « fourni des outils pour le contrôle illégal d’un système informatique d’information.

Différentes phrases publicitaires du genre : « VPN over the wall » ou encore « Shadow shuttle cloud » auraient été utilisées pour attirer les clients… Malgré cette « publicité » l’activité commerciale n’était pas particulièrement rentable car le site n’aurait généré depuis sa création en 2015 que 13 957 yuans de revenus, soit approximativement un peu plus de 2000 dollars.

Le tribunal populaire de Guangdong a ainsi estimé que « Deng Jiewei n’avait pas tenu compte de la loi en fournissant des outils spécifiques permettant de contourner de manière illégale le système d’information informatique. »

« Les délits sont sérieux : l’accusé a en effet violé le droit pénal de la République Populaire de Chine, article 285. Les faits du crime sont clairs.

Les preuves suffisantes. L’accusé doit être condamné conformément aux dispositions de l’article 172 de la loi sur la procédure pénale de la République populaire de Chine. »

Deng Jiewei a donc reçu une peine de prison de 9 mois pour avoir offert des outils qui « permettent de visiter des sites web étrangers auxquels on ne peut accéder via une adresse IP locale. »

Le jugement vient d’être rendu public ce Week-end ce qui a provoqué confusion et peur chez de nombreux internautes. Nombreux sont ceux qui s’inquiètent de voir un jour les utilisateurs de VPN eux-mêmes poursuivis…

Après les blocages de ces derniers mois, cette nouvelle décision judiciaire démontre donc encore une fois que le gouvernement chinois cherche à éradiquer les VPN dans le pays.

Objectif que les autorités veulent atteindre d’ici à février 2018. A cette date, les VPN seront en effet totalement interdits et considérés comme illégaux.

Désolé, les commentaires sont fermés pour cet article.