Hadopi : condamnée pour 5 films téléchargés

La Haute Autorité pour la diffusion des œuvres et protection des droits sur internet, plus connu sous le nom de Hadopi, vient de condamner une internaute.

Si la sanction pourrait être bien pire, elle semble tout de même très sévère.

Pas loin de 1000 euros pour seulement 5 films, ça fait chère tout de même !

Hadopi, toujours plus de sanctions !

Alors que l’institution est souvent décriée, critiquée, remise en question, elle est toujours bien active aujourd’hui.

Et c’est une jeune internaute qui en a fait les frais. Une jeune femme de 23 ans vient en effet d’être condamnée pour avoir téléchargé des films.

Ne croyez pas qu’il s’agissait de téléchargement massif. Seulement 5 films téléchargés entre juin 2014 et juillet 2015 ont été mise en cause.

Mais il faudra pourtant mettre la main à la poche…

La contrevenante devra ainsi débourser pas loin de 1000 euros. Elle a écopé de 200 euros d’amende avec sursit pour les téléchargements à proprement parler. Soit 40 euros par film. Par contre elle devra payer 127 euros de frais de procédure et 800 euros de dommages et intérêts et frais de justice !

Une telle somme ça fait toujours un sacré trou dans un budget… c’est d’autant plus regrettable que pour quelques euros par mois, de tels désagréments peuvent très facilement être évités.

Il suffit de souscrire à un abonnement à Hidemyass, VyprVpn ou NordVPN et le tour est joué. En quelques clics vous changez en effet d’adresse IP et plus personnes ne peut plus vous identifier, même pas Hadopi.

La bonne foi ne suffit pas !

Pour sa défense, la jeune femme a ainsi affirmé qu’elle ignorait que le streaming était illégal. Elle croyait ne rien avoir téléchargé.

Et elle a même affirmé avoir oublié qui avait installé des logiciels de téléchargement sur son ordinateur… Elle a encore ajouté ne jamais avoir reçu les premiers avertissements de Hadopi, mail et lettres recommandées, premiers échelons de la ripostes graduée.

Elle a ainsi expliqué ne pas utiliser l’adresse mail attribuée par son FAI. Ce qui somme toute peut être vrai. Concernant les lettre recommandées, l’accusation avait entre ses mains les avis de passage. Peu crédible donc.

Vrai ou pas, elle a donc finalement été condamnée. Pour la justice, la mauvaise foi de l’internaute est donc démontrée ! Son avocate a tâché de démontrer le contraire, sans succès.

Elle a ainsi expliqué que sa cliente avait désormais pris un abonnement Netflix. Offre qui comme chacun sait est légale car payante…

Désolé, les commentaires sont fermés pour cet article.