ipredator : le test du VPN de The Pirate Bay

Créé en 2009, ipredator est l’un des services VPN les plus anciens. Mais que vaut-il vraiment ? Nous avons décidé de tester ce service qui fut créé par Peter Sunde, l’un des fondateurs de The Pirate Bay, l’un des sites de torrents les plus populaires de tous les temps. Présentation et critique d’un fournisseur de VPN qui en réalité n’a pas beaucoup évolué…

L’origine de ipredator

A l’origine, le projet ipredator est plus que louable. Il s’agit d’offrir aux internautes une solution pertinente et efficace pour contrer les restrictions de plus en plus présentes sur la toile. Le nom même de ce fournisseur de VPN fait directement allusion à cette vague législative teintée de répression.

Le nom de ce VPN fait en effet allusion directe à la directive européenne visant à surveiller les réseaux. L’IPRED pour « Intellectual Property Rights Enforcement Directive » votée sous la pression des ayants droit tant musicaux que cinématographiques veut contrôler ce que vous faites sur la toile.

Bien évidemment “predator” est une allusion directe à “prédateur”. Autrement dit l’objectif de ipredator est de mettre à mal toutes les législations liberticides, aussi bien en France (Hadopi) que en Suède par exemple (IPRED-lagen).

Vouloir protéger le citoyens contre tous les abus des autorités, c’est bien ! Mais concrètement qu’est-ce que ce fournisseur de VPN propose ? Présentation des caractéristiques techniques et autres fonctionnalités.

ipredator un VPN limité…

Autant vous le dire tout de suite, à notre avis ipredator est un service VPN acceptable mais uniquement dans la mesure où vous vivez en Suède.

En effet, le réseau des serveurs se limite à ce pays. Par conséquent, ça limite tout de même beaucoup les possibilités en comparaison à d’autres fournisseurs de VPN.

Avec un réseau aussi limité géographiquement, impossible du coup d’accéder à du contenu géolocalisé. Comme vous ne pourrez obtenir que des adresses IP suédoises vous ne pourrez pas débloquer des sites aux Etats-Unis ou en Angleterre par exemple.

Et il faut bien reconnaitre que la possibilité de contourner la géolocalisation est l’un des atouts majeurs des VPN.

Le fait d’avoir des serveurs présents seulement en Suède limite également énormément la vitesse de connexion.

Les différents test effectués à différents moment de la journée ont en effet démontré que la vitesse de down/upload baissait considérablement une fois que vous étiez connecté à un serveur à plus forte raison si vous êtes connecté dans un pays éloigné de la Suède.

Un autre problème que nous avons constaté, c’est la difficulté de prise en main. Pour installer ipredator vous devez effectivement procéder à une configuration manuelle qui n’est pas des plus agile.

Les débutants seront très certainement découragés. D’autant plus que les tutoriels qui existent ne sont pas forcément très pédagogiques non plus. Par contre une fois que tout est en place, plus de souci : connecter/déconnecter et c’est tout.

Autre carence à notre avis, le nombre de connexions simultanées est limitée au strict minimum. C’est à dire seul deux dispositifs sont autorisés.

C’est vraiment peu et loin derrière NordVPN par exemple. Ce fournisseur de VPN offre en effet 6 connexions simultanées, généreux non ?

On peut également souligner le peu de protocoles de cryptage proposés. Ipredator ne supporte pour le moment que les protocoles de sécurité PPTTP et Open VPN. Le VPN devrait supporter d’autres protocoles mais pour le moment ce n’est toujours pas le cas.

… mais qui présente tout de même quelques avantages

C’est vrai que les inconvénients du service sont tout de même assez nombreux mais comme on vous le disait, ipredator présente aussi quelques avantages, heureusement.

Si vous souhaitez une connexion anonyme vous êtes au bon endroit. En effet, aucun journaux d’utilisation ne sont conservés par la société et les données nécessaires à votre inscription (identifiant, adresse mail, mode de paiement) sont conservées sur un serveur externe au site.

Ces données sont également cryptées et seul les employés du support client peuvent y avoir accès. Pour les transactions financières, seul un lien vers une ID, conservé là encore dans un dossier distinct, est enregistré pour une durée de 6 mois. Il s’agit d’une obligation légale.

Et ces quelques informations ne peuvent de toute manière être transmises aux autorités suédoises uniquement en cas d’affaire judiciaire grave. Risque d'emprisonnement, affaire criminelle, fraude d’envergure…

Ipredator

Niveau confidentialité vous pouvez aussi compter sur un serveur DNS propre et un proxy HTTP sans log. Ipredator possède également un nœud de sortie Tor afin de garantir votre anonymat.

Vous pouvez également bénéficier d’une instance Jabber. Vous avez encore la possibilité d’avoir accès à un serveur qui prend en charge les adresses IpsV6 et si vous le souhaitez, vous pouvez bénéficier d’une adresse statique Ipv4 ou IpV6.

Notre conclusion finale

A notre avis, ipredator offre une confidentialité certaine à ses utilisateurs mais le service reste de manière générale vraiment trop succinct.

De nombreuses améliorations peuvent en effet être réalisées tant au niveau de la configuration que de l’utilisation en soit. De plus, ce fournisseur VPN nous semble trop onéreux au regard du service rendu. En effet, 149 couronnes suédoises, soit plus ou moins 15 euros, pour trois mois, ça reste chère !

D’autres fournisseurs de VPN comme par exemple Cyberghost VyprVpn ou NordVPN offrent des meilleures prestations pour un abonnement plus économique, à plus forte raison si vous bénéficiez de réductions ou optez pour un abonnement longue durée.

Ipredator offre aussi un test d’essai de trois jours pour se familiariser avec le logiciel et une garantie satisfait ou remboursé de 30 jours, mais l’un comme l’autre ne sont pas évidents à activer. Pour conclure, en quelques mots : il y a mieux !

 

Désolé, les commentaires sont fermés pour cet article.