Le chiffrement des communications, un problème d’Etat

An abstract 3D render of a microprocessor on a circuit board with many electrical components installed. The central microprocessor has an integrated padlock glowing in a cold blue color. The dark surface of the board is covered in hexadecimal code.La situation en France, « LE » pays des Droits de l’Homme, devient de plus en plus préoccupante.

En effet sous couvert de « lutte contre le terrorisme », les droits individuels du citoyen ont tendance à fondre comme glace au soleil.

Le nouveau dossier des autorités françaises concerne désormais le chiffrement des communications.

A l’image des précédentes mesures, la liberté perd du terrain.

La lutte contre le chiffrement des communications, priorité d’Etat

Bernard Cazeneuve, le nouveau Ministre de l’Intérieur à un nouveau cheval de bataille : il veut interdire le chiffrement des communications.

Après avoir voulu imposer le déférencement de certains sites par les moteurs de recherche sans devoir passer par une décision judiciaire.

Après avoir autorisé les policiers à porter leurs armes en permanence, il s’attaque donc à la liberté de communication entre les personnes. (L’homme a mis en place d’autres mesures liberticides).

Cette prise de position est plutôt controversée à un autre niveau. Quelques jours auparavant l’Agence Nationale de Sécurité des Systèmes d’Information avait émis un avis positif pour le chiffrement des données.

D’après le Ministre un grand nombre de communications à l’origine d’attentats terroristes sont échangées via des systèmes de cryptage.

Outils qui compliquent sérieusement le travail des services de sécurité. Le raccourci est donc vite trouvé : interdire le chiffrement des communications permettrait de faciliter le travail des autorités et par conséquent d’améliorer la lutte contre le terrorisme.

Le dernier attentat qui a secoué la France est la meilleure démonstration de cette théorie. Le drame qui s’est déroulé dans l’église de Saint Etienne du Rouvray aurait en effet été organisé en partie via la messagerie cryptée Telegram.

La fin officielle de la vie privée

Interdire le chiffrement des communications pose en effet la question du Droit à la vie privée. Il faut savoir que le chiffrement des communications et le cryptage des données de manière plus générale n’a dans la grande majorité des cas absolument rien à voir avec le terrorisme.

De plus en plus d’internautes décident en effet de reprendre en main leur vie privée sur le net. Beaucoup ont donc à juste titre décidé de passer par exemple par des fournisseurs de VPN tels queHidemyass, NordVPN, VyprVpn.

Grâce à leur connexion VPN, les utilisateurs peuvent en effet surfer en toute sécurité.

Le chiffrement des communications permet tout simplement de les protéger contre les virus et autres hackers. Leurs données personnelles sont inutilisables par une tierce personne.

Le cryptage des données avec le changement d’adresse IP sont donc essentiels pour la sécurité sur la toile. Ces mesures permettent de surfer librement, de contourner la censure, etc.

Une telle loi ne pourra donc pas passer aussi facilement en France et dans l’Union Européenne encore moins. C’est ce que l’on espère en tout cas.

Bernard Cazeneuve cherche par conséquent des alliés nationaux tout comme internationaux. Le Ministre de l’intérieur s’est donc dirigé vers l’Allemagne, pays qui irait potentiellement dans son sens.

Il s’agit donc d’être vigilent car la sécurité au prix de la liberté n’a jamais donné rien de bon. Etre vigilent encore car bien des activités sur internet en cachent d’autres… Pokemon Go serait par exemple un excellent outil d’espionnage de masse, à l’échelle mondiale. Et tous les utilisateurs semblent peu s’en préoccuper.

Désolé, les commentaires sont fermés pour cet article.